LES EMPRUNTS TOXIQUES

Publié le par Le Président de l'U.A.D.E.P.F Bernard MOREL

HPA CHEMIN IMG 2297 1300368244 GRDLa matinale de la Lettre du Cadre

Actu territoriale

Les maires enfoncent Dexia. (16/09/2013)

La manœuvre de Dexia est en train de se retourner contre elle. S'estimant diffamée, la banque avait attaqué la journaliste Linda Bendali et France Télévision après la diffusion, en mai 2012, d'un reportage sur les emprunts toxiques dans Envoyé Spécial. La journaliste et la chaîne publique comparaissaient jeudi et vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Mais voilà que les maires, appelés à la rescousse par Linda Bendali pour témoigner devant le tribunal des pratiques de Dexia, s'épanchent devant la justice et donne à la banque une publicité dont elle doit penser aujourd'hui qu'elle aurait pu s'en passer.
Le reportage racontait comment les maires de Sassenage (Isère) et de Saint-Cast-le-Guildo (Côtes-d'Armor), faute d'avoir pu trouver un terrain d'entente avec Dexia, doivent aujourd'hui faire face à des emprunts dont les taux d'intérêt ont flambé, indexés qu'ils étaient sur le cours du change entre l'euro et le franc suisse. Et voilà le maire DVD de Saint-Cast-le-Guildo, Jean Fernandez qui raconte devant le tribunal comment, lesté par un taux d'intérêt de plus de 15% sur un prêt structuré qui pèse plus de la moitié de sa dette (3,5 millions sur 6,5 au total), il a du geler la presque totalité des investissements. Une lagune d'épuration, une église en ruine et une salle des fêtes seraient notamment en souffrance.
"Il n'y avait pas de raison de remettre en cause la fiabilité des conseils prodigués par Dexia", a renchéri Christian Coigné, maire UDI de Sassenage, qui outre les crédits souscrits auprès de la banque, avait passé avec l'établissement financier un contrat de conseil.

Depuis décembre 2010, Sassenage n'honore plus les intérêts mensuels dus à Dexia et ne rembourse plus que le capital. Tout comme Saint-Cast-le-Guildo, la commune a assigné la banque en justice.

Outre les prêts initiaux contractés auprès de Dexia, Christian Coigné a reproché à la banque de lui avoir conseillé sans cesse de nouveaux montages complexes, favorisant une manière de fuite en avant. "Quand vous êtes malade, vous allez voir votre médecin. Il vous prescrit quelque chose, vous lui faites confiance, même s'il est question de votre vie", a-t-il dit à la barre.
NB avec AFP


À Petite-Forêt les emprunts toxiques sont dans la nébuleuse politique de nos élus qui n’apportent aucune solution à l’exemple de très nombreuses communes qui ont pris leur responsabilité en attaquant Dexia !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article